France Info / Pitch start-up with Jérôme Colombain

Jérôme Colombain : Le pitch startup, 4 minutes pour nous convaincre. Bonjour, Cyril Dané.

Cyril Dané : Bonjour.

JC : Vous êtes président de AIO, une entreprise bordelaise, qui a mis au point Numii, un capteur pour améliorer la santé au travail. De quelle manière ?

CD : Numii se présente comme une tête d’un petit robot. C’est un objet connecté qui génère de la data sur le travail humain au profit du monde scientifique et du monde de l’entreprise. Alors, vous positionnez Numii dans l’environnement de travail de l’opérateur, de la personne qui travaille, et on va mesurer ses efforts et son mouvement, de façon à déterminer l’ensemble des paramètres biomécaniques.
JC : Est-ce que j’ai besoin, en tant que travailleur, de mettre une combinaison, des capteurs, de porter des choses sur moi ?

CD : Non, un seul clic suffit. Le système est autonome, il fonctionne à l’extérieur comme à l’intérieur. On a un rendu en temps réel sur une tablette et puis dans un second temps, on a un rendu sur un dashboard, une fois qu’on a transmis les informations dans le cloud. C’est aussi simple que cela. En un seul clic, on va donc pouvoir mesurer, collecter, traiter la donnée, pour générer la première base de données sur le travail humain. On va avoir un premier rendu en temps réel sur une tablette, l’ensemble de ces données va permettre aux entreprises de faire un suivi individuel de la santé de chacun. Ces données vont également servir aux entreprises pour mieux identifier les zones à risque dans leurs usines. Une fois l’ensemble de ces informations données aux entreprises, nous proposons de fournir cette data au monde scientifique de façon à améliorer la santé de tous.

JC : Donc Numii peut détecter par exemple une mauvaise position face à un ordinateur, lorsqu’on transporte une palette, etc. ?

CD : Par exemple, effectivement on peut déterminer les risques pour les travailleurs par rapport à des mauvaises postures ou des efforts trop forts qu’ils ont dans le cadre de leur cycle de travail.

JC : Est-ce que vous intégrez des pathologies particulières que peuvent avoir certaines personnes qui accroissent du coup la souffrance au travail ?

CD :  Aujourd’hui Numii permet de faire un suivi individuel de chaque personne, mais n’intègre pas les pathologies préalables. Le système est plutôt non-intrusif. On va détecter la corpulence de la personne, mais on ne va pas demander son âge ni même son poids.

JC : Vous avez déjà collecté suffisamment de données pour arriver à vous rendre compte de certains phénomènes dans le travail en France ?

CD : Aujourd’hui, nous avons co-développé ce produit avec une grande entreprise française, qui va équiper ses sites de production de ces systèmes-là. Nous espérons collationner plus d’un million de données l’année prochaine, afin d’avoir une base scientifique plus importante et découvrir des choses qu’on ne sait pas encore.

JC : Et donc, le but du jeu ensuite c’est, par exemple, qu’un employeur puisse faire passer des messages pour corriger les positions, rectifier, améliorer le confort ?

CD : L’objectif est de se soucier davantage de la santé au travail, c’est un vrai enjeu pour les entreprises françaises. Aujourd’hui, l’agence européenne pour la sécurité et la santé au travail estime le coût à 3,3% du PIB, soit 467 milliards d’euros par an, en Europe.
JC : Où en est le développement de Numii, puisque c’est un produit tout neuf ?

CD : L’objet connecté sera présenté au prochain CES de Las Vegas en Janvier, et sera commercialisé sur le premier semestre 2018.

JC : Et qu’est-ce que ça représente comme investissement pour une entreprise qui souhaiterai adopter votre produit ?

CD : Simplement, Numii est mis à disposition de l’entreprise ou de la collectivité. L’entreprise achète un forfait qui va de 30 à 500 captures par mois, pour un coût de 20 à 30€ par capture. Nous souhaitons révolutionner la santé au travail et participer à une meilleure santé au travail, mais aussi participer à une meilleure santé pour tous.

JC : Merci Cyril Dané, Président de la société AIO.