France Bleu / Nouvelle-Aquitaine’s startups confront worldwide competition

Les start-up de Nouvelle-Aquitaine prêtes à affronter la concurrence mondiale au CES de Las Vegas

A quelques heures du début de l’édition 2019 du CES de Las Vegas, les 28 entreprises de la délégation emmenées par la région Nouvelle-Aquitaine peaufinent leur stratégie pour avoir une visibilité maximale pendant les quatre jours du salon.

A l'entrée du CES, à Las Vegas
A l’entrée du CES, à Las Vegas © Radio France – Pierre-Marie Gros

Bordeaux, France

Le coup d’envoi de l’édition 2019 du CES de Las Vegas , le consumer Electronics Show , est donné ce mardi à 9 heures heure locale ( 19 heures heure française). Pour la délégation emmenée par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, c’est l’heure des derniers préparatifs.

Pour ces 28 entreprises, dont 16 de Gironde, partis sous la bannière de la Région et de ses partenaires de la CCI Intertnational et de la French Tech Bordeaux,  il s’agit de ce pas manquer le rendez-vous de ce plus  plus grand salon au monde consacré aux nouvelles technologies . Ce sont en effet  quelques 180 mille visiteurs, en provenance de 150 pays, qui sont attendus jusqu’à samedi, avec quelques 4 500 exposants et 20.000 nouveaux produits présentés.

14 de ces start-up ont même un espace qui leur est consacré à l’intérieur de l’Eureka Park, où elle peuvent montrer leurs innovations . Ce lundi, le temps était encore  à la préparation des stands, et du “meeting room”, une suite privatisée à l’intérieur d’u grand hôtel, où les participants à la délégation pourront pendant ces quatre jours donné leurs rendez-vous.

Le "meeting-room" de la Région Nouvelle Aquitaine encore en plein chantier ce lundi  - Radio France
Le “meeting-room” de la Région Nouvelle Aquitaine encore en plein chantier ce lundi © Radio France – Pierre-Marie Gros

Se démarquer à tout prix

Ce Salon est un rendez-vous incontournable qu’il ne faut absolument pas rater  et où ces entreprises ne doivent absolument pas se rater. Ce sont donc 4 jours pleins qui débutent pour elles, dans un contexte très concurrentiel. “Toutes les recettes sont bonnes pour se démarquer, explique Anne-Cécile Petit, chef du service international à la Région. L’essentiel ici, c’est d’exister, de se faire remarquer, déjà parmi les 400 start-up françaises qui exposent. Et pour attirer l’attention, tous les moyens sont bons, le plus grand écran, la plus belle démonstration, y compris les tenues vestimentaires les plus originales. Histoire de rentabiliser l’investissement et d’avoir au final des contrats.”

Derniers briefings pour Anne-Cécile Petit et son équipe  - Radio France
Derniers briefings pour Anne-Cécile Petit et son équipe © Radio France – Pierre-Marie Gros

“Tous les moyens sont bons pour se faire remarquer.” – Anne-Cécile Petit, chef du service international à la Région Nouvelle-Aquitaine

“Un véritable marathon débute”

Parmi les entreprises girondines exposantes, qui ont déjà fait le voyage et qui reviennent cette année, on trouve par exemple AIO,  basée à Pessac.Son patron, Cyril Dané, vient présenter la nouvelle mouture de Numii, “le premier indicateur de la santé au travail issu de l’intelligence artificielle.”  Il s’agit en fait d’un système de robots qui permet de traiter et de collecter toutes les données pour évaluer la pénibilité de chaque poste de travail, ” des balises interconnectées qui permettent de générer cette base de données sur le travail humain”. 

Cyril Dané sur le stand de présentation de Numii, aux côtés des autres exposants néo-aquitains  - Radio France
Cyril Dané sur le stand de présentation de Numii, aux côtés des autres exposants néo-aquitains © Radio France – Pierre-Marie Gros

Deux grands groupes , de l’automobile et de l’aéronautique se sont déjà montrés intéressés, et c’est à leur contact, lors de CES de l’an dernier  que ce prototype a été amélioré. C’est cette nouvelle version qui est présentée pendant ce Salon. “Notre principale ambition cette année, poursuit Cyril Dané, _c’est de trouver des financements pour industrialiser ce prototype”. P_our cela, il a programmé des dizaines de rendez-vous avec des journalistes et d’éventuels investisseurs.

“C’est un marathon quotidien, qui débute à cinq heures du matin pour s’achever à minuit. – Cyril Dané, de la société AIO, de Pessac

Nous aurons réussi notre Salon, conclut ce chef d’entreprise, si nous arrivons à établir des contacts avancés avec des fonds investissement, américains ou européens”. 

by Pierre-Marie Gros